Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Grand-père / Papeta

Publié le par Mozalyre

 

 

 

Grand-père,

Au village de mon enfance

  La maison délaissée

Est une amie fidèle

Qui m’a laissée entrer.

Je me suis installée en elle

Comme au ventre d’une mère.

 

Grand-père,

Tu peux reprendre ta place au bout de la table.

 

De quelle promenade reviens-tu, seul,

Toi qui m’emmenais toujours au bout du monde,

Lorsque j’étais petite, sans me lâcher la main ?

 

Les invisibles renards à deux pattes

Volant dans les jardins,

Mais nous deux chipant dans les maïs

Des poupées aux têtes folles.

 

Tes verres qui jamais ne se vidaient,

Au café du dimanche, après messe dite,

Mais nos prières du soir, regards tendus vers la croix

Au-dessus du cantou, au cœur de notre histoire.

 

 

Labourées par la terre, maîtresse sans pitié, tes mains

Portant à tes lèvres la coupe de la vie, sang et sueur mêlés,

Mais ton regard qui rit dans le mien

Et qui se promène dans les yeux de mes enfants.

 

Grand-père, ne lâche pas leur main.

 

 

Annie Raynal

Tous droits réservés - 2003

 

 

 

 

Papeta,

Dins lo vilatge de quand èri traça

L’ostal abandonat

Es un amic fisèl

Que me daissèt dintrar.

Aquí me reclauguèri,

Coma al ventre d’una maire.

 

Papeta

I te pòdes tornar a la plaça del cap de la taula.

 

De quina passejada te’n tòrnas, sol,

Tu que me preniás totjorn al cap del mond,

Quand èri traçonèla, sens me daissar la man ?

 

Los invesibles guèines de doas patas

Que volavan als òrts

E nautres dos que panàvem als milhs

De popèias capbordas.

 

Tos veirats que se vojavan pas jamai,

Al cafè del dimenge, un còp la messa dicha,

Mas al ser la pregària, en agachant la crotz

Al dessús del canton, al còr de nòstra istòria.

 

Lauradas per la tèrra, mestressa sens pietat, las mans

Te portavan als pòts la copa de la vida, sang e susor mesclats

Alara se ritz ta fintanèla dins la miá

E se passeja als uèlhs dels enfants meus.

 

Papeta, lor daisses pas la man

 

 

 Annie Raynal

Traduction en occitan : Christian Andrieu

Tous droits réservés – 2003/2009

 

Commenter cet article

la soeurette 18/10/2009 18:05


Il s'agit d'un de tes plus beaux poèmes.


Mozalyre 31/10/2009 00:47


Merci beaucoup.